0629268245

25 rue Daisy Georges Martin 69540 IRIGNY

Féru de construction depuis mon plus jeune âge, mon avenir s’est orienté vers une activité manuelle et artistique.

 

Après l’obtention d’un bac S, j’ai finalisé ma formation par un CAP ébéniste et un Diplôme des Métiers d’Art, spécialité ébénisterie, au lycée professionnel des arts du bois à Moirans en Montagne.

 

Toujours à la découverte de techniques contemporaines ou anciennes, ma passion pour la matière m’amène à travailler autant le bois que les métaux, le ciment, les papiers, les cartons, les textiles…

Animé d’un profond respect de l’environnement, j’emploie prioritairement de la matière première locale, notre pays étant richement pourvu en ressources naturelles diverses et variées.

 

Je porte une affection particulière aux objets du passé, endormis, oubliés, en les restaurant ou les revisitant pour leur donner une nouvelle vie.

 

 

DSC_3327

 

 

 

 

Collaboration avec Lyon Béton

ÉLOGE DE LA MATIÈRE BRUTE, CELLE DU GROS ŒUVRE, LE BÉTON ET SON FER À BÉTON. AFFINÉE PAR UNE TECHNICITÉ DE PLUS EN PLUS SOPHISTIQUÉE, LA CHAISE D’HAUTEVILLE EST UNE IMAGE CONTEMPORAINE DE LA CHAISE DES ANNÉES 50. LA COQUE QUI ÉPOUSE LES COURBES CORPORELLES ET LE PIÉTEMENT PRIS DANS SA MASSE LUI CONFÈRENT UN CONFORT ET UNE SOUPLESSE INATTENDUS.

atelier-hlb-lyon-beton-collaboration-hauteville-chair

 

L’histoire de deux rencontres

 

C’est lors d’une exploration urbaine que nous avons trouvé dans le grenier d’un sanatorium désaffecté une coque en résine des années 50. Au départ, sans intention de commercialisation, nous cherchions à expérimenter le béton armé de fibre de verre.
Image irréfléchie, impulsive et faite à l’œil. Jouer de la matière c’est donner de son corps, échardes et béton corrosif, égratignures et courbatures. Expérimenter c’est jouer aux alchimistes, devenir père de curiosités appelées de ratés, mais qui parfois aboutissent à de belles surprises. La matière brute, la matière grise. La matière du gros œuvre et celle de l’édifice. Ce premier prototype intuitif nous devions le faire souffrir pour vérifier sa résistance mécanique sur le long terme, poids exagérés et corps généreux, brutalités et équilibres dangereux, chocs thermiques, du gel au cagnard.

C’est lors du salon ID d’art à la sucrière à Lyon début avril 2014, que nous rencontrons Lyon-Béton. Nous exposons dans un recoin pouilleux parce que la place y est moins chère, Lyon-Béton est par contre sous les feux de l’entrée principale. La rencontre fortuite nous amène rapidement dans les locaux de Villefranche. Accueillis par des mannequins en résine réalistes, nous découvrons cette entreprise avec un air de famille, affections nerveuses et sympathies, où les divers caractères s’entre-choquent dans un fourmillement sensible, où chacun relève ses manches pour que les meubles de béton restent légitimes sur le marché. Sans prostitution aucune. Ça, nous l’avions bien compris. La proposition n’était pas de travailler pour eux sous une tutelle hiérarchique, mais plutôt de s’investir dans cette excitation familiale.

Depuis l’atelier HLB et Lyon Béton ont travaillé de manière rapprochée pour pouvoir proposer la chaise d’Hauteville sur le marché.
Nous en avons profité pour agrandir la famille Hauteville avec des tabourets de bar, des fauteuils et même un rocking chair.

VOIR LE SITE